Talon-Tiani : l’envers de la guéguerre

De la mise en œuvre d’une décision collective émanent de la CEDEAO, Patrice Talon va finalement être pris pour cible par les actuels hommes forts du Niger. Depuis lors, Tiani et son régime militaire au pouvoir cultivent une inimitié à son égard ; simplement parce qu’il optait pour un retour à l’ordre constitutionnel au même titre que ses pairs Alassane Dramane Ouattara, Macky Sall et Bola Ahmed Tinubu.

Mai 29, 2024 - 19:19
 0  106
Talon-Tiani : l’envers de la guéguerre
Les présidents béninois et nigérien, affiche d'une guerre voilée des géants
Talon-Tiani : l’envers de la guéguerre

De la mise en œuvre d’une décision collective émanent de la CEDEAO, Patrice Talon va finalement être pris pour cible par les actuels hommes forts du Niger. Depuis lors, Tiani et son régime militaire au pouvoir cultivent une inimitié à son égard ; simplement parce qu’il optait pour un retour à l’ordre constitutionnel au même titre que ses pairs Alassane Dramane Ouattara, Macky Sall et Bola Ahmed Tinubu.

De la mise en œuvre effective des sanctions prises par l’Institution sous-régionale, des acteurs avertis soutiennent que Talon a ses intérêts économiques avec le président nigérien déchu, Bazoum. Pour ces sources ayant requis l’anonymat, Talon tiendrait à la sauvegarde de ses investissements dans le projet pipeline. En conséquence, la déchéance de Bazoum ne l’arrangeait guère. Une assertion difficile à vérifier et curieusement, déjà remise en cause par Talon lui-même, qui en réponse au diktat de Tiani a mis le holà à l’embarquement du pétrole brute nigérien à partir des eaux béninoises. En clair, il serait absurde pour tout actionnaire, d’agir de la sorte contre ses propres intérêts.

Et pourtant, nulle part dans le monde entier, aucun dirigeant qu’il soit démocrate ou non, ne saurait officiellement, faire l’apologie d’un coup d’État. La position géostratégique du Niger par rapport au Bénin est sensible et ni l’État béninois, ni son président ne peuvent pas tolérer un coup de force à ses portes, bien que chaque État africain reste souverain. Car, il y a plutôt un fléau à combattre ensemble à la lisière des frontières bénino-nigériennes : le djihadisme.

Prévenir vaut mieux que guérir ! Si Talon assiste impuissamment et contrairement à ses principes de bases, à la série de coups d’État dans la sous-région, il en va de soit qu’il dénonce haut et fort, un tel agissement non-démocratique qui a tendance à lui frapper aussi la porte par le Nord du Bénin. Ni les réalités, ni les contextes ne sont les mêmes d’un État à un autres. Cependant, toute malveillance au sommet de l’Etat peut générer un putsch. C’est mieux pour Talon de s’inscrire dans la sauvegarde et la conservation des acquis démocratiques.

Les non-dits de Tiani

Une transgression voilée s’extériorise au fil des jours dans les manigances du tombeur de Bazoum. Il est bel et bien conscient de ce que perd son pays dans cette guéguerre. Le Niger est d’ailleurs largement perdant. Quant au Bénin, il perd peu et peut dans la mesure d’un durcissement continue, s’en passer carrément du Niger et à long termes. Talon sait le faire Buhari et Faure sont témoins des faits. Des 218 millions de nigérians, une bonne partie fait ses affaires au Bénin ; il en est de même pour les togolais et les burkinabés. A l’exercice de quantifier le nombre de nigérien bénéficiant de l’hospitalité du Bénin et y menant allègrement des activités informelles dont la vente ambulante, la collection de ferraille, la cafétéria….etc, on relève combien le Niger reste dépendant du Bénin malgré ses ressources minières. Et comme Dieu sait faire ses choses, le Niger peut avoir toutes les richesses du monde, mais il aura plus besoin de l’ouverture du Bénin sur l’océan Atlantique mieux qu’au Nigéria et/ou au Togo.

Officiellement Tiani et son régime disent craindre une déstabilisation de leur République à partir du Bénin et soutiennent, l’existence de pseudos bases militaires françaises sur le territoire béninois. Leur seule et unique alternative pour l’ouverture des frontières est la rupture des liens entre le Bénin et la France. Cette exigence osée et dépourvue du bon sens, démontre clairement la manipulation que subissent Tiani et son Niger de la part de la Russie.  La Russie parle et agit désormais par Tiani en défaveur de la France au Bénin. Ce que peut également faire la France en réponse par Talon. Du coup, la guéguerre visible reste Bénin-Niger, sinon Talon-Tiani, mais la vraie guerre en dessous est probablement, celle opposant la Russie à la France.

C’est un secret de polichinelle que la Russie combat la France dans ses différentes colonies. Poutine est le grand parrain des sentiments antifrançais en développement sur le continent africain. Cependant, le tour du Bénin n’est pas encore venu et elle (la Russie) ne peut profiter de l’incident diplomatique bénino-nigérien pour emballer la République du Bénin dans cette aventure ambigüe.  Car, pour évincer la France du Bénin, dans le contexte actuel, il faut anti-démocratiquement, tout reprendre à zéro. Or, le Bénin n’en a pas besoin. Le peuple béninois tient à sa démocratie malgré ses souffrances sociopolitiques. Le Mali, le Burkina et le Niger qui sont parvenus à rompre les amarres avec la France n’ont pu le faire en temps de paix. En tout état de causes, les réalités du pouvoir exigent que Tiani fasse école, puisse qu’il vient d’arriver et non pas, par les urnes.

Par Anicet TIDJO

Quelle est votre réaction ?

like

dislike

love

funny

angry

sad

wow

NewsAfrika "Né en septembre 2014 à Cotonou au Bénin, NEWS AFRIKA est une agence de presse et de communication à potentialités plurielles dans le domaine des médias tout entier: Presse écrite; presse en ligne; production audiovisuelle; montage graphique; rédaction de projet de discours, de plan de communication, de stratégie de communication...."